Appartenance à l’Ordre

Denis Leclerc Photo 2Le printemps est arrivé et, pour les membres de l’Ordre, c’est aussi la période de renouvellement de la cotisation. Pour certains, c’est un passage obligé relié aux exigences de leur milieu de travail. Pour d’autres, c’est la concrétisation d’un engagement pris il y a plusieurs années d’adhérer à l’Ordre et dont la remise en question n’est pas envisageable. Peu importe les motivations des membres, il est intéressant de se questionner sur le sens que l’on devrait donner à l’appartenance à un ordre professionnel.

La mission de tous les ordres étant la protection du public, les services rendus par cette organisation ne sont pas du même genre que ceux offerts par les associations ou les syndicats, ceux-ci étant davantage orientés vers la protection des intérêts de leurs membres. L’appartenance à un ordre est, pour ses membres et aux yeux du public, un gage de compétence, une sorte de norme ISO qui donne l’assurance de services de qualité. L’appartenance à un ordre est la garantie qu’un professionnel répond à des critères de qualification et de formation, en plus d’être encadré par un code de déontologie et le code des professions.

Dans un contexte où le travail multidisciplinaire est de plus en plus important dans tous les secteurs touchant la santé mentale et les relations humaines, l’appartenance à l’Ordre apporte également une image de crédibilité pour les psychoéducateurs. D’ailleurs, les membres les plus anciens de notre profession se souviennent de l’époque où la psychoéducation n’était pas reconnue par le système professionnel et des difficultés dans les différents milieux de pratique à faire reconnaître leurs compétences. Tout n’est pas acquis dans le domaine de la reconnaissance, loin de là, mais des changements sur le plan de la collaboration avec les différents partenaires d’autres disciplines sont observables et continueront de l’être.

L’Ordre représente un interlocuteur crédible et reconnu pour faire avancer la profession et la pratique. Il a été de toutes les discussions menant à la réserve d’activités dans le cadre du projet de loi 21 permettant ainsi aux psychoéducateurs de pouvoir exercer sept des activités réservées. Nous sommes donc en mesure de faire valoir notre vision du développement de services de qualité dans nos domaines de pratique, tout en défendant, par le fait même, la pertinence de la psychoéducation et la compétence de nos membres.

L’appartenance à l’Ordre, c’est aussi l’occasion de côtoyer et d’échanger avec des collègues psychoéducateurs, que ce soit lors du colloque ou d’autres événements. L’Ordre offre plusieurs services visant le développement, le soutien et l’encadrement professionnel, sans compter les diverses publications qui sont accessibles aux membres pour soutenir leur pratique. En étant membres de l’Ordre, nous pouvons être fiers de faire partie d’un groupe de professionnels qui gagnent en visibilité publique, car notre profession est de plus en plus reconnue. L’appui des psychoéducateurs, tant dans leur pratique que dans leur implication au sein de l’Ordre, sera toujours important et nous permettra de continuer à avancer.

Partager cet article

Laisser un commentaire