Deux ans à la présidence de l’Ordre

Denis Leclerc Photo 2Il y a maintenant deux ans, soit le 1er mai 2013, j’étais élu président de l’Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OPPQ). Il s’agissait alors de la première élection au suffrage universel des membres pour la présidence. Deux ans, c’est beaucoup et peu à la fois pour s’approprier les exigences d’une telle fonction. Je suis tout de même fier des réalisations des 24 derniers mois à l’Ordre, fierté que je partage avec tous les membres de l’équipe.

La mission première de tous les ordres est la protection du public. Depuis ses tout débuts, l’OPPQ a toujours mis au premier plan le développement et l’accompagnement de ses membres, peu importe le secteur où ils travaillent, et cette priorité s’est maintenue. C’est la meilleure assurance que les services offerts par les psychoéducateurs sont encadrés de manière à garantir la plus grande qualité.

En tant que président, l’un de mes premiers rôles est celui de présider les travaux du Conseil d’administration. Les 16 membres de ce conseil forment un groupe d’administrateurs compétents et engagés qui ont le souci de veiller à la gestion responsable de l’organisation. Ils m’ont d’ailleurs appuyé dans mes actions visant à implanter au sein du conseil une gouvernance moderne et efficace, notamment par la révision de plusieurs politiques et par la mise en place d’un processus d’évaluation de nos réunions.

Visibilité de la profession

J’ai eu le privilège, depuis mon arrivée, de voir le nombre de membres dépasser le cap des 4000 psychoéducateurs. J’accorde beaucoup d’importance à maintenir et développer des liens avec les membres et j’ai multiplié les initiatives en ce sens. J’ai notamment instauré le « Billet du président », qui paraît toutes les deux semaines dans le bulletin électronique de l’Ordre, et j’ai effectué une tournée qui m’a permis d’échanger avec des psychoéducateurs de dix régions du Québec. J’ai aussi pris le temps de rencontrer les futurs membres en participant à plusieurs événements organisés par des étudiants de diverses universités.

Depuis mon arrivée à la présidence de l’Ordre, j’ai pu constater toute la richesse de la profession et la compétence de ses membres. Malgré cela, la psychoéducation demeure encore une profession méconnue du grand public et, parfois même, des employeurs et des autres professionnels. Nous sommes conscients à l’Ordre de cet enjeu et c’est pour cela que nous avons mis de l’avant plusieurs initiatives visant à augmenter la visibilité de la psychoéducation. La section blogue du site Web ainsi que la création de la page Facebook en sont des exemples, tout comme les différentes entrevues dans les médias.

Comme président, j’assume le rôle de porte-parole officiel de l’Ordre sur la place publique, mais également dans les contacts avec les multiples partenaires. Que ce soit auprès des instances gouvernementales, des employeurs de tous les secteurs de pratique ou des différents organismes intéressés par les différentes problématiques sociales pouvant toucher les psychoéducateurs, les occasions de collaboration sont nombreuses. Elles sont également importantes pour que l’Ordre puisse également contribuer à l’amélioration générale des services aux clientèles les plus vulnérables.

Beaucoup de réalisations donc durant ces deux dernières années et encore bien des projets à venir. C’est le propre d’une organisation forte et efficace.

Partager cet article

Laisser un commentaire