Activités réservées au psychoéducateur

L’adoption du projet de loi 21, loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines, le 12 septembre 2012, marque un moment important pour la profession de psychoéducateur et pour la protection du public.

En modernisant le système professionnel, le projet de loi 21 redéfinit le champ de pratique des psychoéducateurs et leur réserve des activités à risque de préjudice. Cette réserve d’activités offre les garanties et l’imputabilité propres au système professionnel.

Sept activités ont été réservées aux psychoéducateurs par le projet de loi 21, portant principalement sur l'évaluation.

Ces activités qui se répartissent selon les milieux où œuvrent les psychoéducateurs sont les suivantes :

1. Évaluer les difficultés d’adaptation et les capacités adaptatives d’une personne atteinte d’un trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs de tous les milieux.

2. Évaluer les difficultés d’adaptation et les capacités adaptatives d’une personne dans le cadre d’une décision du Directeur de la protection de la jeunesse ou du tribunal en application de la Loi sur la protection de la jeunesse.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en centre jeunesse.

3. Évaluer les difficultés d’adaptation et les capacités adaptatives d’un adolescent dans le cadre d’une décision du tribunal en application de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en centre jeunesse.

4. Déterminer le plan d’intervention pour une personne atteinte d’un trouble mental ou présentant un risque suicidaire qui est hébergée dans une installation d’un établissement qui exploite un centre de réadaptation pour les jeunes en difficulté d’adaptation.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en centre jeunesse.

5. Évaluer les difficultés d’adaptation et les capacités adaptatives d’un élève handicapé ou en difficulté d’adaptation dans le cadre de la détermination d’un plan d’intervention en application de la Loi sur l’instruction publique.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en milieu scolaire (primaire et secondaire).

6. Évaluer les difficultés d’adaptation et les capacités adaptatives d’un enfant qui n’est pas encore admissible à l’éducation préscolaire et qui présente des indices de retard de développement dans le but de déterminer des services de réadaptation et d’adaptation répondant à ses besoins.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en centre de santé et de services sociaux, en pratique privée et en petite enfance.

7. Décider de l’utilisation des mesures de contention ou d’isolement dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris.

Cette activité peut être réalisée par les psychoéducateurs en centre jeunesse et en centre de santé et de services sociaux.

Vous pouvez trouver le détail de ces activités dans le Guide explicatif de l’application du projet de loi 21, qui en donne tous les détails.

bottom footer