Historique

La psychoéducation est née au Québec au milieu des années 1950. La nécessité d’intervenir de façon spécifique auprès d’enfants présentant des troubles affectifs graves, d’adolescents délinquants incarcérés dans les prisons d’adultes et d’enfants abandonnés en institutions a favorisé l’émergence de la psychoéducation. Les moyens d’intervention développés se sont graduellement étendus à différents milieux, auprès d’une clientèle variée présentant des difficultés d’adaptation très diversifiées.

Voici les dates marquantes :

1950

Vers les années 1950, les besoins de services spécialisés auprès de personnes en difficulté ont donné naissance à la psychoéducation. La préoccupation d’alors était de combler un besoin urgent d’intervention auprès des enfants présentant des troubles affectifs graves et à qui les services existants n’apportaient pas de traitement adéquat. Presque en même temps, un autre besoin surgissait, à savoir celui de fournir des mesures d’intervention à des adolescents délinquants persistants âgés de 15 à 18 ans, jusque-là incarcérés dans des prisons pour adultes.

1954

Création du premier lieu de formation officielle sous la désignation de Centre de formation d’éducateurs spécialisés (CFES). Trois institutions, dont le Centre d’Orientation et de Réadaptation de Montréal, Boscoville et l’Institut Val-du-Lac, dans la région de Sherbrooke, ont contribué à développer la profession à partir des besoins d’aide spécifique de la population.

1960

Dans le cadre du Congrès de l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés à Rome, madame Jeannine Guindon, alors directrice du CFES, expose les bases théoriques et pratiques du programme de formation.

1962

Fondation québécoise de l’Association des éducateurs spécialisés pour jeunes inadaptés (AESJI), composée de diplômés détenant un baccalauréat, une maîtrise ou un doctorat.

1965

Création d’une licence en éducation spécialisée à l’Université de Montréal.

1969

L’AESJI devient l’Association des psychoéducateurs du Québec (APEQ).

1992

L’Office des professions du Québec cherche à mieux protéger le public dans le domaine complexe des psychothérapies et, à cette fin, demande aux ordres existants d’examiner l’intégration de praticiens non-membres d’un ordre, comme c’est le cas des 3000 psychoéducateurs du Québec.

2000

Sous décret gouvernemental, les psychoéducateurs sont intégrés à l’Ordre professionnel des conseillers et conseillères d’orientation du Québec le 29 septembre 2000.
La maîtrise universitaire est maintenant exigée comme critère d’admission. Le nom du nouvel organisme est Ordre des conseillers et conseillères d’orientation et des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec (OCCOPPQ).

2010

Création de l’Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec par lettres patentes le 8 décembre 2010.

2012

Entrée en vigueur du projet de loi 21 réservant sept activités aux psychoéducateurs.

bottom footer